La sécurité routière – Présentation et état des lieux

La sécurité routière a pris une importance considérable dans la vie des français. Alors que plus de 18 000 personnes mourraient sur les routes chaque année en 1972, une prise de conscience collective a permis de réduire drastiquement ce chiffre. Pour autant, c’est un sujet sur lequel il faut rester d’une grande vigilance si on veut pouvoir continuer à concilier route et sécurité.

Conduite sur l'autoroute

Le permis de conduire, un droit avant tout

Le permis de conduire, c’est la reconnaissance de la capacité d’un conducteur à prendre en charge un véhicule motorisé, et à le conduire sur les routes sans se mettre en danger, lui et les autres usages de la route. Le code de la route l’a progressivement modifié, notamment en 1992 pour lui attribuer un volume de points qui diminue en fonction des infractions. En 2003, la probation pour les jeunes conducteurs a encore renforcé le besoin de sécurité sur les routes en sanctionnant plus durement encore les comportements routiers dangereux. Le seul enjeu de cette modification du code de la route était d’amener plus de sécurité sur les routes. C’est ainsi que le site codedelaroutegratuit permet de réviser gratuitement ces nouvelles notions.

La diminution des accidents

Les chiffres parlent d’eux mêmes. En 2005, on dénombrait 87 000 accidents en France pour un total d’environ 5500 morts. En 2017, le nombre d’accidents avait baissé de plus de 20 000 cas et le nombre de morts diminué de 1 800. A l’heure où les politiques et les associations d’usagers s’écharpent sur la conduite à tenir pour faire baisser la mortalité, il est bon de rappeler que ces mesures ont eu un réel impact.

La nécessaire sécurité routière

L’accidentologie montre que les cas restent nombreux et beaucoup d’études mettent en avant que c’est le facteur humain qui est prépondérant dans les accidents. Il en est la cause dans 90% des cas. Malgré de très nombreuses campagnes de sensibilisation, on constate encore aujourd’hui l’alcool dans 31% des accidents et la vitesse dans 25%. Plus surprenant encore, on constate que 22% des décédés dans un accident de voiture ne portaient pas la ceinture de sécurité. La fatigue au volant compte elle pour un peu moins de 10% des décès sur la route. Ces chiffres sont à double tranchant. Ils sont d’un certain point de vue effrayant car malgré toutes les campagnes de prévention, l’alcool tue encore au volant, ainsi que la vitesse. Mais la lecture inverse peut souligner que 90% des accidents sont dûs au conducteur et que la mortalité a globalement reculée ces dernières années. Cela veut dire que la sensibilisation de tous les conducteurs concernant la sécurité routière porte ses fruits et continuera à le faire. Le travail, appuyé par de nombreuses associations de victimes de la route, peut sembler long et les résultats peu marqués d’une année sur l’autre, mais les résultats sont indéniables.

La sécurité routière va évidemment dans le bon sens. La mortalité a énormément reculé et même si la technologie des voitures modernes, tant dans le domaine de l’électronique que technique, est très importante, elle n’explique pas tout. Il y a eu une véritable prise de conscience collective autour des enjeux de sécurité routière. C’est une démarche qui se doit absolument d’être perpétuée au quotidien pour continuer à faire baisser ce chiffre.